L’abbé Daniel Fontaine

Cet homme, né en 1862, a vécu un temps de grands changements politique, sociaux et économiques : d’une part, la fin de l’empire et la mise en route du régime républicain ; et d’autre part, le développement de l’économie et de l’industrie, qui engendre beaucoup de pauvreté.

Lui-même issu d’une famille modeste – son père était garçon de bureau et sa mère concierge d’immeuble -, il est apprenti des 12 ans chez Hachette, où il travaille près de huit années quotidiennement.

À 20 ans il entre dans la congrégation des Frères de Saint-Vincent-de-Paul, attirés par les œuvres de jeunesse et aspirant à être prêtre. Après ses études à Rome, il devint en 1895 directeur de l’œuvre des Orphelins d’Auteuil ; mais en conflit sur des questions financières avec ses supérieurs il quitte l’oeuvre et part pour Arras en 1901.

En quête de la volonté de Dieu, lequel restait au centre de sa vie, le Père Fontaine était tiraillé : pouvait-il demeurer dans une congrégation où il se percevait de plus en plus étranger ? Pouvait-il rompre l’engagement qu’il avait pris devant Dieu. Il cherchait une solution d’une manière un peu désordonnée. Il pense rejoindre les Chartreux, puis les Bénédictins… Il se résolut à de demander la dispense de ses vœux religieux, qui lui fut accordée en septembre 1902 par l’ archevêque de Paris , le Cardinal Richard, qui le nomme alors à Clichy.

La paroisse Saint-Vincent-de-Paul de Clichy était alors en pleine expansion et le travail pastoral ne manquait pas : l’est de la paroisse était une zone de chiffonniers où les prêtres ne pénétraient guère… Dans ce quartier s’élevait une chapelle dédiée à Notre-Dame Auxiliatrice ; celle-ci lui fut confiée.

En 1907, Notre-Dame Auxiliatrice fut érigée en paroisse et l’abbé Fontaine en devint le premier curé. Apostolat classique : catéchèse, préparation aux sacrement, visite des malades etc. Il le fait avec zèle et enthousiasme, insistant sur la prière et sur la prédication, et crée des œuvres nombreuses : patronage, école, association de piété, association charitable.
Mais surtout il atteint la masse de ceux qui ignorent Dieu, dans ce milieu pauvre marqué par l’ignorance et la maladie. On perçoit assez vite la popularité de ce jeune curé accueilli partout car proche des petits et des pauvres. Au-delà des œuvres sociales fondées : cours du soir, atelier, consultation médicale gratuite, bureau de placement, l’abbé Fontaine encourage la création d’une session féminine locale de la CFTC. Il en vient même à reprendre le journal local « bien-pensant », le journal de Clichy, pour en faire un organe d’expression d’une pensée chrétienne et il va associer à sa rédaction des hommes célèbres : Paul Claudel, par exemple, collabora au journal, mais en exigeant l’anonymat étant donné sa situation de consul !

L’abbé Fontaine était un esprit averti et un homme cultivé : on venait rencontrer en lui le prêtre clairvoyant désireux du progrès spirituel. Ce prêtre de banlieue était ainsi fréquenté par d’autres grands noms de la littérature. : Huysmans, Louis Massignon. Devenus des familiers, ils conduisirent à ce curé de Clichy beaucoup de leurs amis : André Gide, Jacques Maritain Georges Daumesnil, François Mauriac et d’autres. Charles de Foucauld lui-même est venu le rencontrer pour propager son œuvre de prière.

En octobre 1915 il quitte Clichy pour prendre la charge pastorale de St Antoine des Quinze-Vingt dans le 12° arrondissement de paris où il restera jusqu’à sa mort, en novembre 1920.

C’est durant cette période que qu’il réalisa son rêve d’une communauté de prêtres diocésains avec des vœux religieux : il relança la Société des prêtres du Cœur de Jésus, retrouvant l’initiative d’un jésuite durant la période de la Révolution, le Père de Clorivière.

Réunissant 2 traditions : la spiritualité jésuite et la contemplation de l’amour du Christ manifesté dans son Cœur, cette société existe toujours sous le vocable de la Famille « Cor Unum » qui réunit un institut sacerdotal, un institut féminin et un autre masculin, et une société de vie évangélique présent dans le monde entier !

En savoir plus sur la famille Cor Unum ? Cliquez ICI.