Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Des jeunes en mouvement

Depuis septembre 2002 la JOC a redémarré à Clichy avec des jeunes issus des aumôneries françaises et portugaises. Ils sont d’origines différentes et marqués par des conditions d’école, de recherche d’emploi, de formation. Ils sont très heureux de prendre des responsabilités et se sentent partie prenante de la vie de leurs copains et de leur mouvement. De nouveaux jeunes rejoignent aussi les deux équipes.
En septembre 2005, une troisième équipe est née. Ces trois équipes se composent de la façon suivante : une équipe de lycéens ; une équipe d’étudiants ; une équipe de salariés et d’autres en recherche d’emploi. Ils se retrouvent tous les mois et reçoivent des temps forts de formation.

Les rencontres ont lieu le dimanche à Saint-Vincent-de Paul-de 18h à 20h15.

Historique


La JOC
 est née en Belgique, sous l’impulsion de l’Abbé Joseph Cardjin. Elle voulait permettre à des jeunes travailleurs, à tous ceux du monde populaire, de prendre leur vie en main dans le monde et dans l’Église.
En France, l’Abbé Georges Guérin travaille dans le même sens. Il est nommé vicaire à Saint-Vincent-de-Paul en 1925.
En 1926, il réunit un premier groupe qui devient l’association catholique de la Jeunesse Ouvrière française. Georges Quiclet qui travaille à l’usine Cusinberche, devient, avec l’Abbé Guérin, l’un des leaders du mouvement.
D’autre part, Georges Quiclet rallie notamment Jeanne Aubert qui travaille dans la même usine. À 17 ans, elle crée à son tour la JOCF (JOC féminine) en juillet 1927.
En 1937, pour son dixième anniversaire, la JOC compte 80 000 participants.
La JOC et la JOCF se sont développés dans le monde entier.