Quand les femmes se mettent en action

Témoignage d’une personne accueillie relaté par une bénévole du Secours Catholique de Clichy.

Comme beaucoup de femmes accueillies, Mouna est logée à l’hôtel par le 115.

Sa situation ne lui permet pas pour le moment d’accéder à un logement. Son enfant, comme ceux d’autres femmes vivant dans cet hôtel, est scolarisé en primaire à Clichy. Début octobre 2013, Mouna et les autres femmes sont averties par le 115 que l’hôtel va fermer et qu’elles vont être relogées ailleurs. Le problème est qu’elles sont envoyées très loin de Clichy dans d’autres départements.

Mouna, qui voit tout de suite les conséquences pour son enfant réagit. Elle parle avec les autres mamans et ensemble elles s’organisent pour faire une démarche à la mairie afin de savoir pourquoi l’hôtel doit fermer et demander à la ville d’intervenir afin que les femmes qui ont des enfants scolarisés à Clichy puissent être logées à moins d’une heure de trajet afin de ne pas changer les enfants d’école.

Elles préparent une pétition signée par beaucoup et entre en dialogue avec élus et services de la ville qui contactent le 115 ne pouvant rien faire pour empêcher la fermeture de l’hôtel qui résulte d’une décision préfectorale.

Conjointement, Mouna nous avertit de cette situation et nous soutenons autant que possible.

Mouna organise des petites réunions dans l’hôtel pour que les femmes ne lâchent pas sous la pression du 115. Au fil des jours, des mamans acceptent les propositions du SAMU et seul, un petit groupe tient bon.

Le propriétaire qui n’est plus payé coupe l’eau chaude, puis l’électricité, mais Mouna négocie, les femmes refusent de quitter l’hôtel et l’hôtelier accepte de rétablir l’essentiel. Mais cela ne peut durer.

Mouna et toutes celles qui restent décident de refaire une démarche auprès de la ville et surtout, de se rendre ensemble au siège du 115 à Nanterre.

Elles sont reçues et ne quittent pas les lieux sans qu’une solution acceptable soit trouvée. De son côté la ville va dans le même sens.

Dans la journée, le 115 propose à tout le petit groupe de rejoindre un hôtel à Nanterre. Ce n’est pas un hôtel social et elles pourront y rester jusqu’en mars. Après ?

La persévérance et la détermination ont payés ! Sur place, il a encore fallu négocier pour obtenir de pouvoir utiliser un frigo en commun et un micro-onde, mais cela s’est assez vite résolu. Depuis l’hôtel s’est rempli, et cela se passe bien.

Cela aura duré presque un mois.

Depuis, Mouna accompagne chaque jour son enfant à l’école à Clichy. Sa situation administrative étant réglée, elle peut à présent chercher du travail.

Elle a aussi rejoint l’atelier cuisine organisé par notre équipe

Pour notre part nous avons été touché par l’énergie de Mouna, et de la solidarité qu’elle a su créer avec d’autres mamans pour aboutir.

Ce témoignage est pour nous une invitation à croire que , même dans des situations difficiles, la fraternité et la dignité peuvent avoir le dernier mot.”

Jocelyne, bénévole à Clichy

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.